Se faire financer sa formation

La première chose pour se faire financer sa formation lorsque l’on est salarié, c’est d’en parler avec sa hiérarchie.

Vous devez vérifier si votre projet de formation peut être intégré au Plan de Formation de votre entreprise. C’est la démarche la plus sûre qui permettra à votre entreprise de demander un financement auprès de son OPCA.

Il est aussi possible d’activer des procédures telles le contrat ou la période de professionnalisation qui peuvent également ouvrir à des financements.

Ensuite, vous avez la possibilité de mobiliser votre Compte Personnel de Formation (CPF) issu de la réforme de 2014-2015 et aussi le Congé Individuel de Formation (CIF) qui n’a pas été touché par la réforme et qui reste une solution très intéressante pour le salarié.

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Créé le 1er Janvier 2015, c’est un  droit universel d’évolution professionnelle attaché à la personne tout au long de la vie active jusqu’à la retraite.

Le CPF a pour ambition d’accroître le niveau de qualification de chacun et de sécuriser le parcours professionnel.

Qui peut en bénéficier ?

Toutes les personnes engagées dans la vie active, indépendamment du statut :

  • les salariés du privé.
  • les personnes sans emploi, inscrites ou non à Pôle emploi.
  • les jeunes sortis du système scolaire obligatoire, en recherche d’emploi.

Chaque titulaire peut accéder à son compte d’heures et le gérer en ligne.

Le CPF est réservé à une liste de formations professionnalisantes, afin qu’il serve vraiment à augmenter la qualification des bénéficiaires.

Le Congé Individuel de Formation (CIF)

Il permet de suivre pendant un an à temps plein ou 1200 heures à temps partiel une formation de son choix, à son initiative, et pendant le temps de travail. Mais surtout, il permet de retrouver son poste (ou un équivalent) à son issue.

Qui est concerné ?

Tous les salariés du secteur privé, qu’ils soient en contrat à durée indéterminée, en contrat à durée déterminée ou en intérim, à temps plein ou à temps partiel peuvent en bénéficier. Plus précisément :

  • Si vous êtes en CDI, vous devez avoir exercé une activité salariée durant vingt-quatre mois, consécutifs ou non, dont douze dans l’entreprise qui vous emploie au moment de votre demande.
  • Si vous êtes en CDD, vous devez avoir travaillé pendant vingt-quatre mois, consécutifs ou non, au cours des cinq dernières années, dont au moins quatre mois au cours des douze derniers mois.
  • Si vous êtes intérimaire, vous devez avoir travaillé 1.600 heures dans le travail temporaire au cours des 18 derniers mois, dont 600 heures dans l’entreprise de travail temporaire (ETT) qui signe l’autorisation d’absence, et déposer la demande d’autorisation d’absence en cours de mission ou dans un délai maximum de 3 mois après le dernier jour de mission.

À savoir : grâce à la loi du 24 novembre 2009, les salariés justifiant d’un an d’ancienneté peuvent désormais demander à l’Opacif ou au Fongecif un financement pour une formation (tout ou partie) hors temps de travail au titre du CIF. Seule condition : la durée minimale en dehors du temps de travail devra être de 120 heures. Si la formation se déroule entièrement sur son temps libre, le salarié est dispensé de demande d’autorisation d’absence à l’employeur.

Que finance le CIF ?

Si votre demande est acceptée, l’organisme financeur prendra en charge entre 80 % et 90 % de votre salaire (et jusqu’à 100 % si celui-ci est inférieur à deux fois le SMIC). Il peut aussi vous rembourser les frais de formation, de transport et d’hébergement, dans leur intégralité ou en partie, selon des règles qu’il a déterminées.

De son côté, votre employeur peut décider de financer (ou non) la rémunération et les frais restants.

Comment faire ?

La demande d’un congé individuel de formation doit se préparer consciencieusement : vous devez tout d’abord définir précisément vos objectifs (de carrière ou autres) ainsi que vos motivations.

Après avoir clarifié vos besoins, il vous reste à choisir une formation.

  • Première étape : la demande d’autorisation d’absence à son employeur

Sauf si votre formation se déroule hors temps de travail, vous devez transmettre une demande écrite d’autorisation d’absence à votre employeur (au moins soixante jours avant le début d’un stage de six mois, au moins cent vingt jours avant le début d’un stage plus long).

Vous devez mentionner dans cette demande :

  • l’intitulé exact de la formation choisie.
  • la date de début de la formation.
  • sa durée et son rythme.
  • l’organisme de formation.

L’entreprise peut-elle refuser ? Votre employeur doit obligatoirement vous répondre dans les trente jours suivant votre demande. S’il ne peut s’opposer à votre départ en formation, il peut cependant demander un report (de neuf mois au maximum), pour raisons de service.

  • Deuxième étape : la demande de financement à l’Opacif ou au Fongecif

Une fois l’autorisation d’absence obtenue, vous devez adresser un dossier de demande de financement auprès de l’Opacif (organisme paritaire collecteur agréé au titre du CIF) dont dépend votre entreprise..

Chaque organisme possède ses propres critères et surtout ses priorités (âge, reconversion, acquisition d’une certification…) pour l’octroi d’un CIF. .

Il est conseillé d’envoyer le dossier au plus tard trois mois avant le début de la formation.

Un CIF hors temps de travail

Depuis la loi du 24 novembre 2009, les salariés justifiant d’un an d’ancienneté peuvent demander à l’Opacif un financement pour une formation (tout ou partie) hors temps de travail au titre du CIF. Seule condition : la durée minimale de la formation doit être de 120 heures. Si la formation se déroule entièrement sur son temps libre, le salarié est dispensé de demande d’autorisation d’absence à l’employeur. Il ne bénéficie donc d’aucune rémunération. Il ne perçoit pas non plus l’allocation de formation versée pour les formations se déroulant hors temps de travail. En revanche, il bénéficie d’une protection sociale AT-MP (accidents du travail – maladies professionnelles).

Le financement de la formation pour les Professions libérales, TNS, Artisans et Commerçants

Vous pouvez bénéficier de financements spécifiques (nous consulter).

Le financement de la formation pour les demandeurs d’emploi

Il existe plusieurs dispositifs.

 

En période de recherche d’emploi:

  • Les Actions de Formation Conventionnées (Pôle Emploi).
  • Les formations agréées Etat/Région.
  • L’Aide Individualisée à la Formation (AIF).
  • Le Contrat de Sécurisation Professionnel (CSP).

 

En période de recrutement:

  • La Préparation Opérationnelle à l’Emploi.
  • L’Action de Formation Préalable à l’Emploi.
  • Les fonds complémentaires: le DIF porté.

Votre formation doit s’inscrire dans le cadre de votre projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) élaboré en commun avec votre conseiller de Pôle emploi au moment de votre inscription. Gardez en tête que la formation doit augmenter vos chances de retour à l’emploi et qu’en aucun cas elle ne doit être un dérivatif. L’entretien avec votre conseiller est décisif : vous devez donc être parfaitement au clair sur vos objectifs avant de vous y rendre.

Financement:
Plusieurs acteurs financent les formations des demandeurs d’emploi souvent dans le cadre de partenariats et de cofinancements: Pôle emploi, les Régions, l’État et les Opca. Cette prise en charge couvre les frais pédagogiques ainsi que la rémunération des stagiaires, selon des modalités bien précises. Les financements diffèrent selon que vous êtes bénéficiaire ou non de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) du régime d’assurance chômage.

Pour de plus amples renseignements, nous vous conseillons le site pourseformer.fr ou le site de Pôle Emploi.